Suite à l'article de M. Vigny, paru dans le Dauphiné Libéré le 4 avril 2016, le Collectif tient à rappeler quelques éléments essentiels.

1. Dans l'article du Dauphiné Libéré du 4 avril 2016, M. Vigny écrit : ""L'Europe préconise 0,6 V/m (la France 28 V/m) et nous avons relevé un taux de 40 V/m dans la bibliothèque" disait l'une des chevilles ouvrières du Collectif. Seulement, voilà, c'est faux et certifié par l'Agence nationale des fréquences que la municipalié avait contactée et qui est venue effectuer ses mesures en mars et dont nous avons pu consulter les principaux extraits."

Dans ce même article sous une photo : "Le Cairn sur lequel les opposants avaient affirmé avoir constaté un taux de 13,49 V/m a été naturellement mesuré. Verdict : 0,17 V/m."

Et aussi : " "... poursuit le Maire Michaël Kraemer. La mesure maximale relevée est de 0,38 V/m". Loin, très loin, des 13,49 V/m qu'indiquait le collectif sur son blog le 27 janvier 2016."

Or, deux mois avant :

2. Dans son courrier du 4 février 2016, adressé au Collectif, Monsieur le Maire de Lans-en-Vercors a écrit :

" Mais au-delà de ces considérations et précisions, je tiens à vous informer des mesures prises immédiatement par la commune de Lans-en-Vercors :

- Médiathèque et centre culturel : en concertation avec la Communauté de Communes du Vercors, réglage des bornes wifi à leur plus bas niveau d'émission pour réduire l'exposition des personnes aux ondes électromagnétiques. Cette intervention technique a été réalisée le vendredi 22 janvier 2016 en fin d'après-midi.

- écoles : suppression de l'utilisation du wifi des écoles, y compris sur les programmes pédagogiques dépendant directement de l'Education Nationale.

-Mairie: suppression du wifi public à destination des vacanciers. "

3. Dans l'article de J.Theveneau du 7 février 2016 du Dauphiné Libéré, il est écrit :

"Le maire de Lans-en-Vercors dresse alors la liste des lieux publics dans lesquels le wifi a d'ores et déjà été supprimé (les écoles, la mairie pour les vacanciers) ou les bornes réglées à leur plus bas niveau comme au Cairn. Dans les autres bâtiments communaux une demande de mesures d'ondes électromagnétiques est faite auprès de l'Agence nationale des fréquences."

Comment est-il donc possible de comparer objectivement ou commenter les valeurs mesurées par le Collectif avec les mesures relevées par l'ANFR en mars 2016 puisque les installations WIFI ont été coupées ou baissées depuis le 22 janvier 2016 ?

D'autre part, nous rappelons que les messages du blog (relus par le CRIIREM ) se rapportant à ces mesures, se trouvent ici (26 janvier 2016) et là (12 février 2016). Ainsi, la valeur de 40 V/m dont il est tant question et que nous n'avons jamais "relevée" y a sa genèse...

En l'état, bien que nous n'ayons pas vu un rapport détaillé des mesures effectuées sur Lans-en-Vercors, le Collectif trouvent rassurantes les valeurs mesurées par l'ANFR et sera vigilant pour que les valeurs basses le restent.

Rappelons que Le Département, la CCMV et les communes concernées dont Lans-en-Vercors projètent de nous inonder de WIFI pour apporter le Très Haut Débit Internet en attendant la fibre optique.

Rappelons que le WIFI pour apporter le Très Haut Débit est une technologie non fiable, obsolète et déficiente puisque tributaire des conditions météorologiques et des obstacles.

Rappelons que tout un chacun, pour prétendre au "THD WIFI" devra faire appel à un installateur agréé pour la pose d'une antenne parabolique extérieure permettant la réception du signal et devra souscrire un abonnement à un opérateur exclusif : ALSATIS.

Rappelons que le WIFI (comme l'ensembles des hyperfréquences pulsées de la téléphonie mobile) est particulièrement toxique et que les normes actuelles ne tiennent compte que des effets thermiques, donc ne protègent en rien de la toxicité en elle-même du signal.

Après avoir été reçu par le Département et malgré les annonces publiques des élus de la CCMV lors de la réunion publique du 19 février, la concertation promise au Collectif n'a toujours pas eu lieu...

Nous regrettons de vous annoncer que le chapitre n'est pas clos...